11 juillet 2006

All things are connected

Il n'est rien de constant, excepté le changement (Le Dalaï Lama)

Rien n'est statique, tout s'écoule.
Moi, je me représente le temps d'une manière assez singulière: comme de toutes petites gouttes transparentes, dans un gigantesque sablier. Elles tombent une à une, au fil des évènements, s'écrasent sur le sol de verre, comme des larmes. Les départs, les séparations, les malheurs, les pertes.
Quand toutes les gouttes sont tombées, le sablier se retourne, et de nouvelles se forment. Les naissances, les projets, les joies nouvelles, les rencontres.
Et ainsi de suite, pour l'éternité, comme le bien et le mal qui s'entrelacent, se poursuivent, sans jamais que l'un ne domine.

C'est ce temps qui court, le sablier sans fin, qui fait les choses se mouvoir et changer. Parmi ces choses, il y a les planètes, la nature... et l'humanité. La société qui évolue, les mentalités qui changent. Les enfants qui grandissent, les adultes qui vieillissent. Ceux qui naissent, ceux qui meurent, qui se substituent les uns aux autres et font évoluer (ou reculer !) les moeurs.
Au fond, il n'est qu'une grande chaîne, une sorte de réseau qui unirait tous les éléments existants. Lorsqu'un seul de ces éléments est victime d'un changement, une réaction en chaîne s'opère, comme une chute de dominos et tout le réseau est modifié.

Le chef indien Seattle disait "All things are connected like the blood that unites us all. Man does not weave this web of life. He is merely a strand of it. Whatever he does to the web, he does to himself"  

Le monde serait comme un grand corps, que nous partagerions tous, dont nous serions le sang (régénéré à chaque demi-tour du sablier), reliés par un énorme réseau de veines. Ce sont nos actions qui font battre son coeur, qui le font exister, et le rendent immortel. Chacune a une incidence directe sur aujourd'hui, sur demain, sur les autres, sur le monde... En premier lieu, on pourrait penser que nos actions ne nous concernent qu'individuellement, puisque nous en sommes les auteurs. Mais nous ne devons pas oublier que nous avons une liaison, qu'elle soit faible ou forte, avec chacun des autres éléments du système, que nous sommes comme les atomes constitutifs d'une molécule: chacun de nos acte prend alors une importance capitale car il ne concerne plus seulement un seul atome, mais s'étend à l'ensemble du réseau.

Merci à ces deux grands monsieurs pour ces moments de sagesse.

Posté par Zunonume à 15:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur All things are connected

Nouveau commentaire